60 experts internationaux des systèmes alimentaires en workshop à Montpellier

Après un premier atelier de cette initiative organisé en mars 2017 à Oxford (https://www.foresight4food.net/), Montpellier s’était porté volontaire pour l’organisation du second workshop de l’initiative Foresight 4 Food (F4F).

Le compte rendu de l’atelier d’Oxford et ses conclusions mettaient en exergue l’opportunité :

  • Du renforcement d’une communauté de pratiques dans le domaine de la prospective sur les systèmes alimentaires à différents niveaux d’organisation (local-mondial);
  • Du renforcement des liens entre communautés scientifiques et enceintes de négociation et de décision politiques à propos de l’organisation de processus de prospective sur les systèmes alimentaires et de l’usage de leurs résultats.

L’atelier a réuni une soixantaine de participants venant du monde entier, d’institutions de recherche, d’universités, de think-tank, d’institutions nationales, régionales ou internationales de développement, de représentations politiques, d’entreprises privées, d’ONG, de bailleurs de fonds. Il visait à explorer les possibilités concrètes de structuration de l‘initiative F4F, et en particulier la définition d’un plan d’actions prioritaires et d’une gouvernance et la mobilisation de ressources humaines et financières.

Il a confirmé la pertinence et l’importance de l’initiative et l’engagement des institutions présentes à en poursuivre la structuration. Il a permis de confronter la diversité des attentes et de conclure à l’importance de cette diversité comme richesse essentielle d’une communauté de pratiques et de son engagement dans le débat public. Les principaux objets de diversité sont les suivants :

  • Approches, qu’il s’agisse de modéliser les tendances passées ou de penser, d’imaginer, d’anticiper les ruptures à venir ;
  • Le regard porté sur le processus de prospective et sur les formes de mobilisation de la connaissance et d’engagement des experts (expertise à l’attention des politiques versus processus de renforcement des capacités des acteurs) ;
  • Légitimité d’une initiative internationale, et adossement ou non aux institutions multilatérales légitimes pour ce faire (CSA, agences ONU, etc.).

En assumant l’intérêt de cette diversité, une proposition étape par étape a été retenue. Une première étape de 2 ans doit permettre la construction d’une intelligence collective fondée sur la mise à profit de la diversité des approches et matériaux disponibles (ce qui permet d’asseoir confiance et la capacité à venir en appui à d’autres initiatives), d’autre part l’exploration d’un accrochage légitime avec institutions internationales pour l’engagement dans un processus normatif à l’échelle internationale.

L’atelier était organisé par l’Université d’Oxford, MUSE (dans le cadre de la préparation de son institut de connaissances avancées) et le Cirad, avec un appui financier d’ACIAR (Australian Centre for International Agricultural Research) et du GFAR (Forum Mondial de la Recherche Agronomique) et un appui d’Agropolis International.

2018-05-31T11:25:35+00:00 24 mai 2018|