Le consortium

1 Université, 11 organismes de recherche nationaux, 4 grandes écoles, 3 établissements de santé

Université

  • Université de Montpellier, porteur du projet

Autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche

  • Ecole des Mines d’Alès
  • Montpellier SupAgro
  • Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier (ENSCM)
  • Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier

Organismes de recherche

  • Bureau de recherche géologiques et minières (BRGM)
  • Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA)
  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS )
  • Institut national de la recherche agronomique ( Inra )
  • Institut de recherche pour le développement (IRD)
  • Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad )
  • Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (CIHEAM-IAMM)
  • Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer)
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)
  • Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria)
  • Institut national de la recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA)

Établissements de santé

  • Centre hospitalier universitaire de Montpellier (CHU Montpellier)
  • Centre hospitalier universitaire de Nîmes (CHU Nîmes)
  • Institut du Cancer de Montpellier

Chiffres clés

47 000 étudiants
6 000 cadres scientifiques

180 partenaires : universités internationales prestigieuses, organisations intergouvernementales et non gouvernementales, groupes industriels de taille mondiale, PME

 

Un projet au service du territoire

Une concentration importante des acteurs au sein de la métropole montpelliéraine et un maillage régional étendu (Montpellier, Béziers, Sète, Nîme, Alès…

Un engagement fort de Montpellier Méditerranée Métropole et de la Région Occitanie.