MUSE recevait, ces 8 et 9 octobre dernier, une délégation d’universitaires américains de la prestigieuse commission franco-américaine FULBRIGHT afin de leur présenter les effets transformants de l’I-SITE MUSE dans le cadre du  Programme d’Investissement d’Avenir et envisager de possibles collaborations à venir.

Déployé dans plus de 155 pays, le programme Fulbright est le plus important programme d’échanges éducatifs internationaux sponsorisé par le gouvernement américain via des bourses d’excellence. La Commission Fulbright franco-américaine, fondée en 1948,  gère le prestigieux programme Fullbright qui permet à ses 22 000 lauréats de réaliser leur projet aux États-Unis ou en France et d’être pleinement acteurs du dialogue entre les deux peuples.  Ceux-ci viennent de tous les domaines – artistique, économique, universitaire, scientifique, médiatique,… – pour faire émerger de nouveaux territoires de la connaissance et contribuer ainsi à trouver des réponses aux défis de notre temps.

Depuis 6 ans, chaque année à l’automne, la commission franco-américaine Fulbright organise la visite en France d’une délégation d’universitaires américains pour renforcer les liens universitaires et scientifiques entre nos deux pays. Intéressés par les transformations structurelles opérées en France, en particulier les actions relevant du  Programme d’Investissement d’Avenir, leur choix s’est porté cette année sur Montpellier  et son I-SITE MUSE.

Les échanges entre les partenaires de MUSE et les Etats Unis sont nombreux et riches. Une étude bibliométrique réalisée par Agropolis International sur les publications recensées par les établissements membres de MUSE pour la période 2016-2017, montre que les USA[1] occupent le premier rang dans les collaborations internationales de MUSE, avec 1 654 publications co-signées avec des établissements américains dont l’impact normalisé CNCI[2] de 2,91 est 3 fois plus élevé que l’impact moyen des publications mondiales de la même période et dans les mêmes WoS Categories. Les champs scientifiques les plus partagés entre les USA et MUSE sont l’écologie,  la biologie évolutive, la bio-chimie moléculaire, les sciences des plantes et la génétique, en parfaite cohérence avec les trois piliers de MUSE.

Le consul général américain de Marseille, Simon R. Hankinson, a honoré de sa présence une partie de la visite de la délégation qui comprenait 12 universitaires américains, 2 représentants de la Commission Franco-américaine Fulbright et 3 agents du Consulat Américain à Marseille.

Au-delà des échanges autour des collaborations académiques et scientifiques, la délégation a rencontré des chercheurs et des étudiants et a visité l’ancienne et la nouvelle faculté de Médecine, dont les musées d’anatomie et Atger, de l’Université de Montpellier, le Vectopole Sud (IRD), la plateforme technologique ECOTRON (CNRS), la plateforme de transformation des produits végétaux (IATE) et enfin le Mas Numérique (SupAgro).

[1] Suivis dans l’ordre par la Grande Bretagne, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, l’Australie, la Hollande, la Suisse et le Canada qui sont les dix premiers partenaires de MUSE en co-publications

[2] Category Normalized Citation Impact CNCI