C’est autour du thème de la « Révolution » que les philosophes et écrivains Régis Debray et Edgar Morin, ont conduit un débat d’idée captivant, ce jeudi  23 mai à l’Université de Montpellier – dans le cadre de la chaire UNESCO « Complexité » –  face à une assistance de plus de 200 représentants de la communauté universitaire.

L’un a connu la guerre civile espagnole, la seconde guerre mondiale et l’occupation allemande, l’autre a participé à la révolution cubaine notamment aux côtés de Che Guevara et de Fidel Castro.  Edgar Morin et Régis Debray sont chacun à la fois témoin et acteur de l’histoire du XXe siècle. Aussi, les deux intellectuels ont partagé leurs vécus révolutionnaires si différents : Edgar Morin était engagé dans un système partisan et dans une approche plus théorique quand Régis Debray a lui participé directement à une révolution.

Pour comprendre nos sociétés contemporaines et ses enjeux, les deux philosophes ont abordé la notion de la « Révolution » à travers différents prismes tel que la mystification de la « Révolution », l’Europe, la « Paix ». Analysant toute la dialectique historique du terme, de la Révolution Française à nos jours, Edgar Morin et Régis Debray dépeignent les approches et les événements révolutionnaires comme fil conducteur de nos sociétés. Conjuguant à la fois une vision intimiste de la « Révolution » avec les événements historiques, ils pensent la « Révolution comme synonyme d’espoir mais aussi de déception. En effet, jamais une utopie politique comme la « Révolution » n’aura autant mobilisé les individus avec une telle passion qui n’a pas son égale. C’est ce qu’Edgar Morin et Régis Debray ont réussi à transmettre en signifiant tout à la fois leurs adhésions et leurs croyances en une marche progressive de l’histoire mais aussi dans une certaine mesure leurs ruptures avec la vision révolutionnaire.