Un programme de recherche porté par la KIM Montpellier Vine & Wine Sciences a démarré à l’été 2019, centré sur les facteurs de la compétitivité en viticulture. L’initiative en revient à l’interprofession IGP Oc qui gère les Vins de Pays d’OC, production majoritaire sur le bassin languedocien, qui a sollicité Montpellier SupAgro (Hervé Hannin) et son Institut des Hautes Etudes de la Vigne et du Vin. Le choix a été de mobiliser les compétences pertinentes au sein de la KIM, et d’élargir le partenariat scientifique aux Unités Mixtes de Recherche System (Christian Gary) et Innovation (Jean-Marc Touzard). Le pilotage opérationnel a été confié à Hugo Fernandez-Mena, Maître de Conférences et à Mayeul Plaige, Ingénieur, assistés de 2 stagiaires ingénieurs agronomes durant l’année 2019-20.

En premier lieu c’est la question du rendement viticole qui sera étudiée, mais sans exclusive car les choix de gestion et les éléments économiques entrent également dans les facteurs de la compétitivité. La question du rendement est centrale puisqu’il est un multiplicateur de revenus et donc l’élément principal pour garantir des revenus aux viticulteurs ; elle est aussi complexe et plurifactorielle.

Le Languedoc produit environ 30% des vins français en volume, et son image a été longtemps marquée par une productivité parfois déraisonnable, orientée vers les seuls « degrés x hectolitres » ;  mais il connaît depuis 4 décennies une évolution continue vers la production de vins de qualité, liée notamment à une politique de baisse des rendements, souvent dans le cadre de normes de production contraignantes sous signes de qualité (Indications géographiques). Pourtant, depuis quelques années, les rendements constatés sont souvent inférieurs aux seuils règlementaires, les causes et les conséquences de ces écarts subis sont multiples et suscitent des interrogations sur la pérennité de nombreuses exploitations régionales.

Le programme engagé a pour objet de mieux inventorier et mesurer les baisses et insuffisances de rendements dans leur diversité, d’en appréhender les déterminants et les leviers d’influence dans différents territoires-types de la région. Il abordera également les conditions économiques, réglementaires, et politiques pouvant favoriser la mise en œuvre de ces mesures. Il permettra ainsi de proposer des mesures correctives appropriées, et d’impacter positivement la valeur ajoutée et la compétitivité des entreprises viticoles.