Durant le mois de janvier, le CSIP a eu l’honneur d’accueillir Yves Mauffette (Université du Québec à Montréal UQAM, département des sciences biologiques) pour une formation de trois jours sur le thème de l’Apprentissage Par Problème.

Yves Mauffette est professeur-chercheur à la Faculté des sciences de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) au département des sciences biologiques et biologiste de terrain spécialisé en interactions plantes-insectes. Il a été vice-doyen aux études et doyen de cette faculté de 2002 à 2009, puis a occupé le poste de vice-recteur à la recherche et à la création de l’UQAM de 2009 à 2015.

Il a activement participé à la mise au point du programme de baccalauréat en biologie (APP) dont il en a coordonné l’implémentation. En 2002, il a été lauréat du Prix d’excellence en enseignement de l’Université du Québec et, en 2004, du Prix national 3M d’excellence en enseignement[1] attribué par la Société pour l’avancement de la pédagogie dans l’enseignement supérieur (SAPES). Enfin, en 2015, il a reçu le prix ADARUQ[2] décerné à un individu s’étant illustré par une contribution remarquable dans ses fonctions d’administrateur de la recherche.

Apprentissage par Problème (ou PBL – Problem-Based Learning) en quelques mots…

L’APP (Apprentissage par Problème ou PBL – Problem-Based Learning) a été structuré pour la première fois par l’Université de médecine de Mac Master en Ontario au Canada à la fin des années 1960, puis au début des années 1970 dans le cadre de la formation des médecins (Fayolle et Verzat, 2009). La démarche d’apprentissage se caractérise par la mise en place d’un contexte qui mise sur l’étude de situations-problèmes par les étudiants (Bédard et Béchard, 2009). L’une des caractéristiques de la situation-problème en APP est de présenter un contexte professionnel qui rend ce problème authentique, mais aussi que la finalité perçue par l’étudiant aille au-delà de l’appropriation d’un savoir formel (Bédard, 2006). L’APP, en générant un processus de questionnement individuel et des stratégies de recherche d’informations ainsi que d’auto-évaluation de sa démarche, permet à l’étudiant de développer sa capacité réflexive et son autonomie (Fayolle et Verzat, 2009).

Du 13 au 15 janvier 2020, les participants à cette formation exceptionnelle ont ainsi pu bénéficier des conseils et retours d’expérience d’Yves Mauffette sur le déploiement de l’APP à l’échelle d’un enseignement. Ils ont mis en pratique l’ensemble des phases de la démarche APP : de la création de façon collaborative de « prosit » (contraction de « problème » et « situation ») à leur évaluation, en passant par le vécu des différents rôles des étudiants (secrétaire, animateur…) lors de l’analyse des prosit. De nombreuses mises en situation, des échanges et débats sur la démarche ont permis une familiarisation à la démarche et initier l’envie de développer des actions de type APP.

Un grand merci donc à Yves Mauffette pour son expertise largement partagée et sa bonne humeur communicative, ce fut un réel plaisir de le recevoir !

[1] Prix le plus prestigieux du Canada qui reconnaît l’excellence en enseignement et en leadership éducationnel au niveau universitaire. Il s’agit d’un partenariat mis en place en 1986 entre la Société pour l’avancement de la pédagogie dans l’enseignement supérieur (SAPES) et la compagnie 3M Canada afin de reconnaître les contributions exceptionnelles en enseignement et en apprentissage dans l’enseignement post-secondaire au Canada.
[2] Prix de l’Association des Administratrices et Administrateurs de Recherche Universitaire du Québec.