L’Unité Mixte de Recherche MARBEC* (IRD, CNRS, Ifremer, Université de Montpellier)  est associée depuis mi-2019 à la PME SPYGEN basée au Bourget du Lac (73) pour développer les expertises ADN environnemental (ADNe) concernant le suivi de la faune marine et mettre en place de nouveaux indicateurs de biodiversité basés sur ces technologies. Cette collaboration est soutenue par l’I-Site Muse dans le cadre de son programme Companies on campusCes deux entités viennent de s’associer au travers du laboratoire commun Diag-ADNe (ANR Lab Com 2021-2024) afin de mieux connaitre la faune marine et mettre en place de nouveaux indicateurs de biodiversité basés sur ces technologies. 

L’Université de Montpellier, via MARBEC, s’est également associée à Andromède océanologie afin de développer des méthodes innovantes d’étude des habitats sous-marins à travers le laboratoire commun InToSea (ANR Lab Com2 2016-2019).

Les deux sociétés souhaitent développer leur position de leaders dans le domaine de l’inventaire d’espèces et de l’évaluation de l’état écologique d’habitats marins. A travers ces projets, les trois partenaires se complètent en associant leurs expertises en milieu marin (connaissance des sites, prélèvement de terrain, savoir-faire en plongée, données de pressions), en métabarcoding (extraction et amplification d’ADN environnemental) et en bio-informatique (analyse des séquences) et interprétation des données par le développement et calcul d’indicateurs.

Un premier projet conséquent de deux années mobilise déjà ces trois partenaires avec un inventaire des espèces marines, effectué lors du premier confinement. Les partenaires ont complété leurs bases de données, accédé à des données originales et uniques d’inventaire en l’absence d’activités humaines qui peuvent fournir des indicateurs d’un état de référence des sites étudiés. Ils ont aussi comparé différentes méthodes d’échantillonnage afin d’améliorer le travail de terrain et rédigé un guide méthodologique.

De nouvelles collaborations sont attendues sur des projets plus ambitieux, notamment, à l’international et sur les systèmes tropicaux.

* MARBEC a des compétences sur la biodiversité marine des écosystèmes lagunaires, côtiers et hauturiers, principalement méditerranéens et tropicaux. Ses recherches portent sur différents niveaux d’intégration, des aspects moléculaires, individuels, populationnels et communautaires, aux usages de cette biodiversité par l’Homme. Il concentre ses efforts sur quatre objectifs principaux :

    • décrire la biodiversité marine,
    • comprendre sa dynamique et le fonctionnement des écosystèmes marins,
    • analyser l’impact des pressions anthropiques sur ces écosystèmes
    • développer des scenarii de réponses au changement global, concilier exploitation et conservation, et répondre aux attentes sociétales (expertise, innovation, remédiation).

Photos : Laurent Ballesta – Andromède océanologie