Comment des animaux pourtant similaires évoluent au point de devenir incapables de s’hybrider, formant alors des espèces différentes ? Depuis Darwin, les chercheuses et les chercheurs en biologie évolutive se posent la question. Une équipe internationale, menée par Christophe Dufresnes, chercheur à Nanjing Forestry University (NJFU, Chine) et Pierre-André Crochet, chercheur au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE – CNRS/IRD/Université de Montpellier/EPHE) vient d’élucider certains mystères de la spéciation – la formation des espèces –, en étudiant la génétique des hybrides chez des grenouilles et crapauds Européens. L’étude vient de paraître dans PNAS.

Ces travaux confirment la nature graduelle de la formation des espèces, et caractérisent la « zone grise » relativement étroite qui sépare les sous-espèces compatibles des espèces reproductivement isolées.

En savoir +