Des chercheurs et chercheuses, notamment de l’IHPE, ont mis en lumière le rôle essentiel des microorganismes pour la santé des huîtres : tout juste nées, les larves d’huîtres qui interagissent avec une communauté microbienne sont stimulées de manière durable et résistent mieux aux maladies toute leur vie. De façon remarquable, il est montré dans cette étude publiée dans la revue Microbiome que cette capacité peut également se transmettre à la génération suivante et que le système d’information épigénétique joue un rôle majeur pour mémoriser cette empreinte microbienne. Ces résultats ouvrent des perspectives prometteuses d’application pour induire une amélioration durable de la survie des espèces aquacoles face aux maladies.

En savoir +

Échantillonnage de juvéniles de Crassostrea gigas en vue d’une analyse plus poussée en biologie moléculaire © Caroline Montagnani