Craig Goergen

Professeur associé Leslie A. Geddes de génie biomédical
Université de Purdue (Etats-Unis)

Projet : Imagerie rétrospective multispectrale 4D photoacoustique du cœur et du cerveau

Dates de séjour : 14/03/2022 – 15/07/2022

Marcelo Lorenzo

Chercheur principal en biologie
Fondation Oswaldo Cruz (Brésil)

Projet : Sur la piste d’un outil de lutte durable contre la maladie de Chagas

Dates de séjour : 14/02/2022 – 31/07/2022

Kazem Zibara

Professeur de génétique
Université libanaise (Liban)

Projet : L’inhibiteur de protéase à sérine SPINK2 comme cible pronostique et thérapeutique dans la leucémie myéloïde aiguë

Dates de séjour : 24/01/2022 – 24/07/2022

Kateryna Makova

Professeure Pentz de biologie
Université d’État de  Pennsylvanie (USA)

Projet : ADN non-B

Dates de séjour : 16/09/2021 – 15/09/2022

Anton Nekrutenko

Professeur de biochimie et de biologie moléculaire
Université d’État de Pennsylvanie (USA)

Projet :Développement d’une plateforme d’analyse globale pour la génétique microbienne

Dates de séjour : 16/09/2021 – 15/07/2022

William Moseley

Professeur de géographie DeWitt Wallace
Macalester College (USA)

Projet : Une révolution géographique: Donner la priorité à l’accès à la nourriture et à l’agroécologie dans le développement africain

Dates de séjour : 01/09/2021 – 31/12/2021

Roel Plant

Professeur associé en géographie des paysages et des écosystèmes
Université de technologie de Sydney (Australie)

Projet: Pour une meilleure utilisation des terres péri-urbaines : approches paysagères pour des transitions péri-urbaines durables

Dates de séjour : 19/04/2021 – 19/02/2022

Gaukhar Konuspayeva

Professeure de biochimie
Université nationale kazakhe Al-Farabi (Kazakhstan)

Projet: Technologie et marchés du lait de chamelle : une nouvelle frontière pour des systèmes alimentaires durables au 21ème siècle

Dates de séjour : 06/04/2021 – 06/02/2022

Prisca Mugabe 

Vice-doyenne et professeure associée en écologie des pâturages et production animale
Université du Zimbabwe (Zimbabwe)

Projet: Evaluer et prévoir l’impact d’une collaboration des sciences agricoles et de la conservation pour des systèmes socio-écologiques durables

Dates de séjour : 01/04/2021 – 30/06/2021

Ederson Jesus

Chercheur en microbiologie des sols
EMBRAPA (Brésil)

Projet: Une histoire de symbiose : dévoiler l’interaction entre le haricot commun et ses symbiotes rhizobiens

Dates de séjour : 01/02/2021 – 31/12/2021

Gabriela Litre

Chercheuse associée sur les changements environnementaux globaux et les politiques publiques
Université de Brasilia (Brésil)

Projet: Potentialités et limites de la coproduction de connaissances pour l’internalisation équitable des Objectifs de Développement Durable : une analyse de l’Observatoire brésilien des dynamiques entre sociétés et environnements dans une perspective Nexus+

Dates de séjour : 01/09/2020 – 30/08/2021

Margreet Zwarteveen

Professeure en gouvernance de l’eau
Institut UNESCO-IHE de Delft pour l’éducation relative à l’eau (Pays-Bas)

Projet :  Se sentir concerné par les pratiques de gestion de l’eau et pratiquer une gestion concernée de l’eau : mobiliser les réflexions issues des études en science et technologie et des études décoloniales pour dynamiser les collaborations transdisciplinaires accompagnant les transformations vers la durabilité

Dates de séjour : 16/09/2021 – 15/07/2022

Myrtille Lacoste

Chercheuse associée sur les systèmes agricoles
Université Curtin (Australie)

Projet : Engager les agriculteurs grâce aux données pour faire évoluer les pratiques: le rôle de l’expérimentation collaborative à la ferme pour soutenir la transition agro-écologique avec les technologies numériques

Dates de séjour : 01/09/2021 – 30/06/2022

COHORTE 2020-2021 

« Fake news ou science défaillante ? Implications pour les transitions vers le développement durable dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation, de l’environnement et de la santé »

Julio Amador

Chercheur en sciences des données
Imperial College London (Royaume-Uni)

Projet: Pourquoi les gens tombent-ils dans le piège de la désinformation liée à la COVID ?

Dates de séjour : 11/01/2021 – 30/06/2021

Christophe Béné

Chercheur en analyse politique
Centre international d’agriculture tropicale – CIAT (Colombie)

Projet : Formulation des problématiques, économie politique de la connaissance et discours scientifiques autour de la transformation des systèmes alimentaires

Dates de séjour : 11/01/2021 – 30/06/2021

Thaura Ghneim-Herrera

Professeure en biologie végétale
Université ICESI (Colombie)

Projet : Vers une stratégie intégrative pour lutter contre les formulations erronées, la désinformation et les fake news concernant l’innovation génétique dans les systèmes agroalimentaires : une feuille de route pour la Colombie

Dates de séjour : 11/01/2021 – 30/06/2021

Facundo Tabbita

Chercheur en sciences agronomiques
Institut National de Technologie Agricole – INTA (Argentine)

Projet : Les fake news à l’épreuve de la science : étude multidisciplinaire de l’édition du génome dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’environnement et de la santé

Dates de séjour : 11/01/2021 – 30/06/2021

Mahama Tawat

Chercheur en politiques comparées
Institut de recherche, de développement socio-économique et de communication – IRESCO (Cameroun)

Projet : Les fake news et la pandémie de Covid-19. Une étude des pratiques et des implications sociopolitiques au Cameroun

Dates de séjour : 11/01/2021 – 30/06/2021

COHORTE PILOTE 2018

 « A quel niveau faut-il organiser la circularité des systèmes alimentaires : local ou global ? » 

Neli Aparecida de Mello-Théry

Géographe et professeure en développement durable
Université de São Paulo

Habiba Bouhamed Chaabouni

Professeure en génétique médicale
Université de Tunis-El Manar

Philippe Mayaud

Professeur en maladies infectieuses et santé reproductive
London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM)

John R. Porter

Professeur émérite en changement climatique et sécurité alimentaire
Université de Copenhague

Martin Van Ittersum

Professeur en production et systèmes alimentaires
Université de Wageningen

“Le remodelage socio-écologique des villes et des aires métropolitaines européennes”           

Dates de séjour : 04/10/2021 – 08/10/2021

Site web

Rapport du groupe sur son séjour à MAK’IT

L’utilisation actuelle des sols et des infrastructures dans les villes reflète souvent les priorités de développement du passé. Plusieurs problèmes environnementaux liés à la qualité de l’air, de l’eau et de la biodiversité dans les zones urbaines ont mis en évidence la nécessité de mettre en place des processus écologiques fonctionnels axés sur le bien-être des populations qui y vivent. En outre, le changement climatique, la croissance socio-économique continue des grands centres urbains, les changements de mode de vie et les besoins de mobilité qui en découlent imposent de nouvelles exigences en matière d’utilisation et de fonctionnalité de l’espace et des infrastructures urbains. Le verdissement urbain devient également une caractéristique essentielle, avec une redéfinition et une amplification de sa fonctionnalité dans les zones urbaines. Grâce à un certain nombre d’initiatives, de stratégies et d’objectifs (par exemple, les stratégies de l’UE en faveur de la biodiversité ou des infrastructures vertes, l’agenda urbain de l’UE, l’initiative pour des solutions fondées sur la nature), la Commission européenne encourage la mise en place d’un réseau cohérent d’infrastructures bleu-vert dans les zones urbaines des pays de l’UE. Les attentes sont très élevées. Le travail conceptuel de base et les projets pilotes ont fourni des indications pratiques, mais des défis extraordinaires de conception et de mise en œuvre subsistent. Notre proposition vise à repenser la socio-écologie des villes au-delà des frontières actuelles de la connaissance (technique, politique et transformative) et à relever les défis sociétaux liés avec des idées intégrées hautement innovantes autour de trois grandes priorités de recherche : (i) les stratégies de transposition à plus grande échelle, (ii) la multifonctionnalité et (iii) le partage des coûts et des avantages et la négociation des compromis entre les différents acteurs.

Notre approche est basée sur une connexion innovante des contextes de recherche et des exemples d’études de cas (réseau d’infrastructures vertes de la région métropolitaine Rhin-Main en Allemagne, toits verts à Lisbonne au Protugal, le jardinage vertical à Barcelone en Espagne) qui n’ont pas encore été pensés et explorés ensemble. Nous inviterons des organisations tels que Gouvernements locaux pour la durabilité (ICLEI) ou des associations professionnelles pertinents à participer à nos réunions et discussions.

Une page web spécifique, des notes d’orientation de politique publique, des publications scientifiques de synthèse évaluées par des pairs, l’élaboration conjointe d’une proposition de projet (par exemple pour les appels de l’UE Green Deal ou BiodivERsA) et une session spéciale lors d’une conférence internationale pertinente sont quelques-uns des résultats que nous espérons développer afin de documenter et de diffuser les résultats du réseau aux universitaires et aux parties prenantes en dehors du milieu universitaire.

Après son passage à MAK’IT, l’équipe sera accueillie par les Instituts d’Etudes Avancées de Budapest (IAS CEU), Paris, Uppsala (SCAS), Turin (Scienza Nuova) et Bielefeld (ZiF).

Joechen Hack
(responsable du projet)

Professeur de genie écologique
Université de technologie de Darmstadt (Allemagne)

Maria Manso

Architecte et chercheur postdoctoral en génie civil
Université de Lisbonne (Portugal)

Rieke Hansen

Professeure d’espace ouvert et de design urbain écologique
Université de Geisenheim (Allemagne)

Andrea Nóblega Carriquiry

Doctorante en géographie
Université autonome de Barcelone (Espagne)

« Dépasser les méthodes de recherche traditionnelles pour identifier et surmonter les attitudes négatives envers la vaccination » 

Dates de séjour :  20/09/2021 – 24/09/2021

Le projet vise à lutter contre la diffusion de messages anti-vaccination tant dans les interactions physiques (par exemple au sein de réseaux tels que les réunions de parents) que sur le web (par exemple dans les médias sociaux et les forums en ligne). L’équipe sera en contact avec des chercheurs et des experts locaux qui l’aideront à (a) faire un examen critique de la littérature et des documents de politiques publiques pertinents, y compris ceux disponibles auprès de la représentante de l’OMS Europe au cours de la première année ; (b) discuter de manière critique des résultats des études de cas menées dans les institutions des membres de l’équipe, y compris des entretiens avec des journalistes et des universitaires/chercheurs, au cours des deuxième et troisième années ; et (c) élaborer un document politique qui traduira les résultats de la recherche en propositions concrètes à diffuser auprès des pays membres de l’OMS et rédiger des demandes de financement afin de garantir que l’équipe sera active après la fin du financement du CAT.

Les études de cas (soutenues par des bailleurs de fonds externes) qui seront discutées portent sur (a) la compréhension de la manière dont les attitudes des jeunes à l’égard de la vaccination se construisent à partir de différentes sources d’information, en ligne et hors ligne, à l’aide d’une approche mixte consistant à interroger et à sonder des étudiants à Bordeaux ; (b) la compréhension de la manière dont les participants à un réseau virtuel en ligne propagent les attitudes liées à la vaccination (contagion sociale) grâce à un financement établi à l’Université de Chypre et (c) l’exploration de méthodes innovantes pour évaluer la contagion sociale des attitudes en matière de vaccination à l’aide d’un modèle informatique basé sur les agents et de simulations à l’Université de Cadix. Les pistes d’action y sont également abordées.

L’équipe est financée dans le cadre du programme Constructive Advanced Thinking (CAT) et se réunira deux fois par an jusqu’à la fin de l’année 2022 dans les Instituts d’Etudes Avancées suivants : SCAS (Uppsala), IIAS (Jérusalem), MAK’IT (Montpellier) et Scienza Nuoa (Turin).

Angelos Kassianos (responsable du projet)

Chargé de recherche principal en sciences comportementales de la santé / Chercheur en psychologie et informatique
University College de Londres (Royaume-Uni) / Université de Chypre (Chypre)

Antonio Rojas García

Post-doctorant en santé publique
Imperial College London (the United Kingdom)

Ilaria Montagni

Enseignante-chercheuse en communication de la santé
Université de Bordeaux (France)

Javier Alvarez-Galvez

Chercheur en sociologie informatique de la santé
Université de Cádiz (Espagne)

Ourania Kolokotroni

Pédiatre & Chercheuse en épidémiologie et santé publique
Université de technologie de Chypre (Chypre)

Sandro Lima

Journaliste politique (Brésil)

Dates de séjour : 11/01/2021 – 30/06/2021