Appel à Candidature « Labellisation MUSE : KIM Biomarkers & Therapy » de projets émergents

FACILITER L’EMERGENCE ET LA VALIDATION DE NOUVEAUX PROJETS DANS LE DOMAINE DES BIOMARQUEURS DU DIAGNOSTIC ET DE LA THERAPIE CIBLEE

La KIM lance un Appel à Candidature Labellisation de projets émergents concernant les Biomarqueurs, le Diagnostic et la Thérapie ciblée qui s’inscrit dans le concept de la médecine personnalisée.

Cet appel à candidature n’a pas pour vocation de financer des projets mais de faciliter l’émergence de nouveaux projets, de nouvelles pistes en proposant une labellisation MUSE reconnue par les Structures de valorisation, par la SATT AxLR et par la Région. Ce label permet aux porteurs des projets de bénéficier d’un accompagnement vers la valorisation de leur projet et d’avoir un accès facilité aux Plateformes technologiques et cliniques ainsi qu’aux BioBanques de la Région.

Eligibilité

Pour être éligibles, les projets doivent être d’un niveau de maturité technologique bas sur l’échelle Technology Readiness Level (TRL), c’est à dire en amont d’une validation industrielle (pas encore de partenariat industriel…). Les projets doivent impliquer une équipe, un laboratoire ou un partenaire de MUSE.

Modalités de soumission

Pour répondre à cet appel à labellisation, il vous suffira de compléter le document « Demande de labellisation » joint à ce document et de l’adresser à brigitte.couette@umontpellier.fr en notant dans l’intitulé du mail : « Demande de labellisation MUSE ».

Il n’y a pas de date limite de soumission, les projets peuvent être soumis « au fil de l’eau », à tout moment. Les membres du Comité d’Accompagnement analyseront en toute confidentialité la demande et feront un retour dans un délai relativement court.

Evaluation

L’évaluation du projet se fera en deux temps : pré-sélection de la demande de labellisation puis audition du porteur de projet.

a) Sélection de la demande de labellisation

Les demandes de labellisation seront évaluées par les Membres du Comité d’Accompagnement (liste des membres en fin de document), constitué par des représentants de toute la chaine de valeur des Biomarqueurs, du Diagnostic et des Molécules thérapeutiques en Région, qui ont tous signé un accord de confidentialité lié à l’analyse des projets. Cet accord est sous l’égide de l’UM.

La sélection initiale des demandes porte sur les critères suivants :

  • Projets concernant les Biomarqueurs ou la Thérapie Ciblée
  • Perspective d’application en réponse à un besoin clinique ou technologique dans le domaine du diagnostic ou de la thérapie ciblée
  • Intérêt par rapport à l’existant
  • Niveau de maturité technologique bas sur l’échelle TRL

b) Audition du porteur de projet

Une fois les projets innovants sélectionnés, une audition du porteur du projet sera réalisée devant un Comité constitué d’experts qui seront soit des membres du Comité d’Accompagnement, soit d’autres experts qu’ils auront été désignés et qui auront également signé l’accord de confidentialité.

Deux cas de figures seront possibles :

  • le projet présente un potentiel validé de valorisation, il recevra le label KIM MUSE, valable pour une durée de 1 an et renouvelable
  • le projet est potentiellement labellisable mais nécessite des investigations supplémentaires (développement analytique, tests sur modèle in vivo…) afin de confirmer sa pertinence en termes de future valorisation dans le domaine. La KIM offre la possibilité d’un accompagnement.

L’accompagnement est défini par les éléments suivants :

  • Des experts seront en charge d’accompagner, en toute confidentialité, le porteur du projet en lui apportant des aides de différentes natures : aide méthodologique (conseil analytique sur la détection des biomarqueurs, sur des études Pharmacocinétiques / Pharmacodynamiques additionnels…), aide concernant la réglementation (IP (Intellectual Property) ou IVD (In vitro Diagnostics), ANSM…), facilitation de contacts avec des cliniciens, des industriels ou encore conseil sur des points importants dans une perspective de valorisation.
  • Le projet bénéficiera de la part des plateformes technologiques et cliniques d’une attention particulière (rencontre prioritaire avec les experts des plateformes, passage prioritaire des analyses sur les plateformes…). En revanche, les coûts des prestations seront ceux en vigueur.
  • Cet accompagnement sera valable un an. A cette échéance, il y aura une réévaluation du projet par le Comité en vue ou non de l’obtention du label « MUSE »

Résultats

La labellisation MUSE

Les projets qui possèdent un potentiel d’intérêt et de valorisation dans le domaine des biomarqueurs recevront un « label MUSE : KIM Biomarkers & Therapy», formalisé par un courrier de labellisation, qui permettra :

  • d’apporter une validation scientifique, reconnue par les Structures de valorisation, la SATT et la Région, qui facilitera les démarches ultérieures de recherche de partenaires et de financements (FEDER, PHRC, PEPS, Appel d’offre interne des CHU (AOI, …)
  • de bénéficier du soutien méthodologique fourni par l’ingénieur en biostatistique recruté par l’Université de Montpellier
  • d’avoir accès à un accompagnement spécifique et à des aides méthodologiques par des tuteurs
  • de bénéficier d’un accès prioritaire aux plateformes technologiques/cliniques et aux Biobanques

https://muse.edu.umontpellier.fr/files/2018/10/ligne.png

COMITE D’ACCOMPAGNEMENT DE LA KIM « BIOMARKERS & THERAPY »

Son rôle est de :

  • présélectionner les projets candidats à la labellisation MUSE et d’auditionner les porteurs de projet
  • apporter une expertise pour accompagner les projets vers un niveau de maturité qui leur permette d’être pris en charge par les acteurs régionaux de la valorisation
  • décerner le label KIM MUSE aux projets

Il est composé d’experts de la filière Biomarqueurs, Diagnostic, Thérapie couvrant la recherche, la clinique, les plateformes, la valorisation, les industriels, les institutionnels. Ce sont des représentants de toute la chaîne de valeur des Biomarqueurs du Diagnostic et de la Thérapie ciblée.

  • Jean-Pierre Bleuse (Institut régional du Cancer de Montpellier)
  • Joël Bockaert (Institut de Génomique Fonctionnelle)
  • Armelle Bonet-Kerrache (Inserm)
  • Laurence Bontemps (Agence Régionale AD’OCC)
  • Édouard Bosvert (BB-LRO)
  • Jean-Paul Brouillet (CHU de Nîmes)
  • Karine Chorro (PHOST’IN)
  • Brigitte Couette (KIM B&T)
  • Marc Criton (SATT-AxLR)
  • Jeannette Fareh (Bio-Rad)
  • Chantal Fournier (Etablissement Français du sang)
  • Laurent Garnier (Eurobiomed/Euromediag)
  • Valérie Gibert (CHU Nîmes)
  • Bénédicte Jardin-Watelet (Thermo Fisher Scientific)
  • Laurent Journot (UMS BioCampus Montpellier)
  • Gaëtan Lan Sun Luk (Université de Montpellier)
  • Daniel Laune (KYomed INNOV)
  • Sylvain Lehmann (KIM B&T)
  • Gaspard Lépine (MUSE)
  • Sophie Marchal (Région Occitanie)
  • Gérard Mathis (ex-CisBio)
  • Franck Molina (Sys2diag)
  • Marjorie Monleau (Business Developer MUSE)
  • André Pelegrin (Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier)
  • Guillaume Rochet (CNRS)
  • Philippe Rondard (Institut de Génomique Fonctionnelle)
  • Gilles Subra (Pôle chimie Balard)
  • Jamal Tazi (Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier)
  • Anne Verchere (CHU de Montpellier)