KEY INITIATIVE MUSE FOOD & HEALTH

 Thèses et post-docs

Date limite de dépôt des dossiers en ligne : 12 janvier 2022 minuit 

Les lettres de cofinancements acquis du projet (critère d’éligibilité) devront être transmises par la tutelle bénéficiaire au plus tard le 15 mars 2022 

Les dossiers incomplets à cette date seront déclarés inéligibles et, de ce fait, ne seront pas examinés lors de la phase d’interclassement. 

OBJET 

Cofinancement des allocations doctorales
La Région soutient le développement du potentiel de recherche qui est un moteur de l’économie de l’innovation à l’échelle du territoire.
L’accompagnement des doctorants est un facteur indispensable au renouvellement de la recherche, nécessaire pour permettre les transferts technologiques dans les PME/PMI et une opportunité dans le déploiement de la recherche tant à l’échelle des métropoles universitaires que des villes universitaires d’équilibre.
C’est pourquoi, la Région soucieuse de conduire une politique active en faveur du ressourcement scientifique et technologique, a décidé de soutenir le financement des allocations doctorales.

VOUS ETES :

Les bénéficiaires éligibles sont les suivants :

• Les établissements publics d’enseignement supérieur et/ou de recherche, organismes de recherche de la région Occitanie, établissements privés régionaux chargés de mission de service public en recherche.
• L’équipe de recherche d’accueil doit être évaluée par l’HCERES.

VOUS VOULEZ :

Développer un projet de recherche remplissant l’ensemble des conditions d’éligibilité suivantes :
• Réalisation d’une thèse dans une unité de recherche implantée en région ;
• Projet d’une durée maximale de 3 ans (en cas de prolongation, le montant de l’aide régionale demeurera inchangé);
• Dossier complet avec confirmation des cofinancements acquis au plus tard au 15 mars 2022 ;
• Validation par la tutelle bénéficiaire du périmètre scientifique du projet (objectifs, démarche, adéquation avec les axes de recherche de l’unité, encadrement…).
Les dépenses éligibles :
• La seule dépense éligible correspond au salaire brut chargé du doctorant sur 36 mois.
Salaire brut chargé du doctorant : les primes et autres avantages prévus dans le cadre du contrat de travail, les taxes sur salaires et/ou PPE lorsque celles-ci sont identifiées dans la fiche de paie du candidat (sur la durée du projet).
La rémunération mensuelle du doctorant doit au minimum, être égale à celle fixée par l’arrêté ministériel du 11 octobre 2021 modifiant l’arrêté du 29 août 2016, soit 1975 € brut.
Le montant de la dépense éligible est plafonné à 103 580 € pour 36 mois.
Les dépenses inéligibles :
• Dépenses d’équipement, de consommables, petit matériel ;
• Primes et avantages non prévus dans le contrat de travail ;
• Taxes non individualisables ;
• Frais indirects.
Seules les dépenses engagées après la date du vote de la subvention régionale seront considérées comme éligibles.

CE QU’IL FAUT SAVOIR

L’établissement identifié dans le dossier de demande comme le bénéficiaire comptable des aides doit supporter l’intégralité des dépenses relatives au projet. Cet établissement aura la charge du recrutement des doctorants. Une fois le financement régional accordé, le futur doctorant devra être inscrit en première année de doctorat en région, avoir été agréé par une Ecole Doctorale régionale en Occitanie (pièce justificative : certificat de scolarité indiquant l’inscription en 1ère année à produire à la signature du contrat doctoral) et bénéficier d’un contrat à durée déterminée conférant au doctorant le statut de salarié. Ce contrat sera conclu avec la tutelle bénéficiaire après la notification officielle de l’octroi de l’aide par la Région.

Montant de l’aide
Le montant de l’aide pourra couvrir jusqu’à 70% des dépenses éligibles selon les conditions présentées ci-dessous :

Aide Région :

→ Thèse réalisée dans un laboratoire implanté sur l’unité urbaine de Montpellier ou Toulouse * : 50% de l’assiette de dépenses éligibles
→ Thèse réalisée dans un laboratoire implanté hors de l’unité urbaine de Montpellier ou Toulouse * : 70% de l’assiette de dépenses éligibles
* L’unité urbaine de Montpellier ou Toulouse = la ville de Montpellier ou Toulouse et les communes constituant son agglomération
L’utilisation des fonds régionaux restera sous l’entière responsabilité de la tutelle bénéficiaire, qui devra veiller au respect des dispositions réglementaires en vigueur.
Versement de l’aide
Le versement du financement attribué dans le cadre du présent dispositif est proportionnel et il est conditionné à l’arrivée ou à la présence effective du doctorant dans un laboratoire implanté en région. Dans l’hypothèse où le doctorant quitterait le territoire avant la fin effective de son projet, les subventions seront versées au prorata des dépenses effectuées jusqu’à la date de départ du candidat.
En cas d’abandon d’un doctorant en cours de thèse, l’allocation n’est pas modifiable au profit d’un nouveau candidat.
Les modalités de versement (avance de 30% – acompte jusqu’à un montant de 60% maximum incluant l’avance – solde) de l’aide régionale seront précisées dans l’arrêté attributif adressé après le vote de l’aide régionale ainsi que les pièces à transmettre lors de chaque demande de paiement.
Le versement de chaque paiement est conditionné par les conclusions du contrôle de service fait réalisées aux vues des dépenses certifiées présentées par le bénéficiaire.
Le montant du versement sera égal à l’application du taux d’intervention du financement de la Région sur le montant de dépenses retenues après contrôle.
Si la dépense réalisée n’atteint pas le montant de l’assiette éligible, les subventions sont versées au prorata du montant des dépenses effectivement justifiées.
Critères de sélection des projets
Les projets seront examinés sur la base des critères de sélection suivants, listés dans l’ordre de priorisation :
1. Recherche appliquée : projets s’intégrant à l’écosystème d’innovation des filières industrielles régionales et/ou répondant à des besoins de PME/PMI partenaires et/ou présentant un niveau de TRL supérieur ou égal à 3 ;
2. Recherche impliquée : Projets en lien avec les thématiques Stratégie Régionale de l’Innovation (SRI) et/ou portés à l’échelle inter-académique en Occitanie et/ou positionnés sur des villes universitaires d’équilibre ;
3. Interclassement par les Etablissements de recherche de tutelles et/ou avis des conseils scientifiques ;
4. Projets de nature pluridisciplinaire ou transdisciplinaire.
Projets en lien avec un Défi-Clé soutenu par la Région
La Région a souhaité accompagner la communauté scientifique pour produire une recherche d’excellence en cohérence avec ses priorités politiques et venant contribuer à apporter une réponse aux grands enjeux du Pacte Vert voté fin 2020 par la Région, en finançant des Défis Clés.
En 2020, la Région a ainsi soutenu 4 premiers Défis Clés : hydrogène vert, biodiversité (BioDivOcc), risques infectieux et Vecteurs (RIVOC) et les technologies quantiques. Ceux-ci seront complétés par de nouveaux Défis Clés dans les prochains mois. Ces thématiques doivent également contribuer à développer des coopérations avec les acteurs socio-économiques régionaux (entreprises, collectivités, associations…).
Un avis du porteur du Défi Clé devra être joint à la demande de cofinancement, précisant en quoi ce projet contribuera à l’atteinte des objectifs identifiés dans la feuille de route du Défi Clé.
Si le projet est financé par la Région, le responsable scientifique s’engage à ce que le doctorant participe aux manifestations organisées par le Défi Clé pour contribuer à la diffusion des résultats et à la vulgarisation scientifique des avancées dans le domaine du Défi Clé.

Modalités de sélection des projets

Calendrier prévisionnel de l’appel à projets :
18 novembre 2021 : Lancement de l’appel à projets
12 janvier 2022 : Clôture de l’appel à projets
Mars 2022 : Phase d’interclassement des projets
Mai-juin 2022 : Vote en Conseil Régional et notification des aides régionales
La sélection des dossiers sera réalisée en une seule étape, sur dossiers complets.
Toutes les candidatures remplissant les conditions d’éligibilité peuvent ne pas être retenues en fonction du budget de la Région.
La décision finale de financement pour les aides Région est prise par délibération de l’Assemblée régionale.

VOS OBLIGATIONS

Engagements relatifs à la réalisation du projet
Le bénéficiaire s’engage à informer régulièrement la Région de l’avancement du projet de recherche, ainsi que de tout élément de nature à modifier les objectifs initialement fixés.

Engagement relatifs à l’information sur la participation de la Région
Le bénéficiaire s’engage à mentionner systématiquement le soutien régional dans toutes les communications en lien avec le projet de recherche (publications, communications écrites ou orales lors des congrès, posters, sites web…). Il s’engage à transmettre aux services de la Région une copie des communications réalisées. La communication de la Région sur les projets sélectionnés s’effectuera sur la base des informations recueillies dans le dossier de candidature sauf mention contraire du porteur de projet. Le résumé non confidentiel du projet fourni par le candidat servira de base pour la publication d’un livret de présentation des lauréats qui sera diffusé largement aux responsables des organismes de recherche et d’enseignement supérieur, aux experts du programme ainsi qu’aux media.
Conformément aux dispositions de l’article 26 de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les candidats bénéficieront d’un droit d’accès et de rectification aux informations communiquées à la Région Occitanie.

Date limite de dépôt des dossiers en ligne : 12 janvier 2022 minuit Les lettres de cofinancements acquis du projet (critère d’éligibilité) devront être transmises par la tutelle bénéficiaire au plus tard le 15 mars 2022
Les dossiers incomplets à cette date seront déclarés inéligibles et, de ce fait, ne seront pas examinés lors de la phase d’interclassement.

CONTACTS

Direction de La Recherche, du Transfert technologique et de l’Enseignement Supérieur

Sur l’académie de Montpellier :
Chargée de mission Frédérique TUDORET-PUECH – allocationsdoctorales@laregion.fr – 04 67 22 94 78 Sur l’académie de Toulouse :
Stéphanie BIROL – allocationsdoctorales@laregion.fr – 05 61 33 57 17

Téléchargez l’AAP (.pdf)

Approches de modélisation économiques pour la transformation des systèmes agricoles irrigués face aux changement globaux

Encadrement : Nina Graveline – UMR Innovation, INRAE
Directeur de thèse : Arnaud Reynaud, TSE
Ecole doctoral EDEG – Université de Montpellier

Contexte

L’agriculture est soumise à plusieurs injonctions urgentes : nourrir les Hommes, limiter son effet voir s’intégrer dans les écosystèmes et contribuer à l’effort d’atténuation tout en s’adaptant aux effets du changement climatique. L’eau est déterminante dans la production agricole et la gestion durable de cette ressource est cruciale. Ce sujet est d’actualité comme en témoigne le Varenne de l’eau agricole & du changement climatique initié par le gouvernement. Le projet européen TALANOA-Water (Prima 2021-2024) propose d’associer le développement d’outils de modélisation hydro-socio-économique avec des méthodes participatives1 pour explorer la faisabilité d’adaptations « transformatives » ou radicales de l’usage de l’eau. Des partenaires et cas d’études sont présents au Liban, Tunisie, Italie, France et Espagne.

Objectif scientifique de la thèse

Cette thèse propose de questionner les conditions socio-économiques de la transition agro-écologique de l’agriculture en contexte de changement climatique et en particulier la place de l’usage de l’eau (cultures irriguées, pratiques, localisation, technologies, partage de l’eau…). Pour cela l’agriculture sera représentée avec des modèles économiques2 associés à des modèles ou contraintes sur les ressources en eau pour explorer la faisabilité de scénarios alternatifs de l’usage des terres, de l’eau et des types de productions dans des conditions futures incertaines : cette évaluation économique, écologique et sociale permettrait d’évaluer la pertinence d’instruments des politiques publiques de la transition agro-écologique notamment dans le cadre de cultures pérennes (vigne) et de certains choix d’investissements peu réversibles (e.g. réseaux/retenues d’eau).
Cette thèse pose des questions importantes pour le développement ou l’adaptation d’approches et outils en économie : les outils économiques classiques tels que l’économétrie ou la programmation mathématique ne sont pas bien adaptés pour appréhender des changements plus structurels dans les exploitations agricoles, mais leur développement et/ou une combinaison de ces outils entre eux et avec d’autres approches (e.g. prospective) doit permettre d’analyser les systèmes actuels et d’envisager les conditions de leur transformation. Les fonctions de production ont également été peu développées pour les cultures pérennes comme la vigne et n’intègrent jamais une vision élargie de ce qu’est la valeur des activités agricoles.
Les cas d’étude seront précisés dans les premiers mois de la thèse qui accompagnera le démarrage du projet TALANOA. Plusieurs options sont à considérer (i) plusieurs terrains en France à l’échelle de bassin versant, (ii) un grand terrain tel que l’ex-Lr ou les zones irriguées, (iii) un ou plusieurs terrains en Occitanie et à l’étranger parmi les cas d’étude du projet PRIMA (Liban, Tunisie, Egypte, Espagne).

Approche de travail envisagée

1. Analyse ex-post de l’usage de l’eau et impact économique de l’accès à l’eau et l’irrigation

L’objectif de cette première phase est de faire un état des lieux sur ce qu’a permis le passage à l’irrigation de plusieurs territoires et notamment d’éclairer si l’irrigation a « uniquement » permis le maintien des rendements i.e. l’adaptation au changement climatique ou si cette stratégie a eu d’autres effets (diversification, type de production, stratégie d’exploitation). En fonction des données qui seront obtenues et estimées une ou plusieurs approches seront développées en économétrie. Cette analyse se concentrera sur les territoires qui ont eu accès à l’eau dans les 10 dernières années.

2. Modèle de production agricole & usage de l’eau

Ce modèle vise à représenter et comprendre les mécanismes permettant de représenter les interactions entre la décision des agriculteurs (micro-économique), les prix/marché (macro-économique si pertinent), la ressource en eau et sa gestion, les autres usages et services écosystémiques. Ce modèle permettra de modéliser la décision d’allocation des intrants (terres, eau, éventuellement fertilisants, travail) et quelques cultures (avec et sans accès à une ressource sécurisée) en fonction de l’accès aux ressources. La présence de cultures pérennes pourra nécessiter l’intégration du temps (modèle dynamique).
Pour la calibration de ce modèle sur un ou plusieurs terrains à définir des données seront collectées à partir des statistiques publiques et d’entretiens/enquêtes. Eventuellement quelques jeux simples seraient expérimentés.
Un couplage avec des modèles hydrologiques et/ou écologiques existants sera envisagé selon le territoire et les enjeux.

3- Trajectoires possibles de l’agriculture & instruments pour la transformation

La thèse permettra de modéliser les scénarios/trajectoires produites en atelier participatif du projet TALANOA notamment en matière d’indicateurs objectifs écologiques et sociaux et donc d’interagir avec les parties prenantes et de pouvoir nourrir la scénarisation d’un jeu sérieux utilisé en atelier. L’implication du doctorant à la dimension participative sera à déterminer. A minina, le modèle pourra également permettre de simuler des instruments de politiques publiques spécifiques. Une réflexion de l’articulation entre trajectoires individuelles et collectives sera intégrée (et si possible modélisée, par exemple échanges de produits/intrants). La flexibilité (d’une année à l’autre) sera rendue possible/considérée pour valoriser les options de transfert entre usage en année plus ou moins critique.

1 de type dialogue de Talanoa utilisées lors des discussions sur les contributions volontaires des états
2 Voir par exemple Graveline, N.. « Combining flexible regulatory and economic instruments for agriculture water demand control under climate change in Beauce. » Water Resources and Economics 29 (2020): 100143

Chercheurs impliqués dans le projet (INRAE) ou comité de thèse

Guillaume Thiriel (hydro) ; Marta Debolini (agro) ; Marc Moraine (agro) ; Sébastien Loubier (économiste) ; Katrin Erdlenbruch (économiste) ; Sophie Thoyer (économiste) ; Jean-Marc Touzard (économiste) ; Alban Thomas
Coordinateur projet (économiste), Université de Salamanca : Dioni Perez Blanco

Accueil / Pratique

Le doctorant sera accueilli à l’UMR Innovation, sur le campus de la Gaillarde à Montpellier. L’école doctorale de rattachement est l’EDEG ‘Ecole Doctorale Economie Gestion Montpellier (EDEG N􀀁231) (umontpellier.fr)
Un séjour long chez un des partenaires du projet soit pour un échange sur des compétences scientifiques, soit pour s’intéresser au cas d’étude du partenaire pourra être envisagée.

Pour toute information ou une version plus longue du projet de thèse et le document de projet TALANOA Water contacter Nina Graveline, Chargé de recherche en économie, UMR Innovation nina.graveline@inrae.fr

Candidature : adresser CV + Lettre de motivation à nina.graveline@inrae.fr au plus vite; Objet :
« Candidature thèse »

 Stratégies d’innovation des modèles économiques d’entreprise dans les filières fruits et légumes. Rôle et opportunités pour les petits producteurs agricoles 

 Directrice de thèse : Isabelle Piot-Lepetit – UMR MOISA, INRAE 

Encadrement : Paolo Prosperi et Fatima El Hadad-Gauthier – UMR MOISA, CIHEAM-IAMM

 Contexte 

Les filières des fruits et légumes dans la région méditerranéenne sont exposées à une profonde complexité des changements qui caractérisent les marchés globaux. L’Union Européenne est une importatrice nette de fruits et légumes et, bien que la globalisation des systèmes alimentaires représente une opportunité importante pour le secteur agricole des pays de la Méditerranée, cela pose des défis cruciaux pour les économies et les productions locales, à cause des variations récurrentes et fortuites de l’offre et de la demande et la nécessité de satisfaire des paramètres spécifiques pour les produits frais en terme de périssabilité, qualité, quantité, logistique et durabilité environnementale. 

La région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est un acteur majeur du secteur des fruits et légumes en France. Ces filières représentent l’un des premiers secteurs économiques de la région, classée seconde productrice de fruits avec 19% des surfaces françaises et quatrième pour les légumes, 30% de sa production est exportée. Cette intensité productive est caractérisée par la présence d’exploitations plutôt de grandes tailles, de flux de produits destinés surtout aux circuits longs et de leaders nationaux de la transformation. Du côté de la consommation, les achats se font majoritairement en grandes et moyennes surfaces (40%) et sur les marchés (28%). 

Dans ce contexte, la compétitivité et les exigences des filières fruits et légumes représentent des défis cruciaux pour les PME de l’agroalimentaire. D’une part, les petits producteurs agricoles ont un rôle déterminant pour l’économie territoriale, l’alimentation et l’emploi, mais, en même temps, leurs modèles économiques sont vulnérables quant à l’insertion sur le marché, les asymétries d’information, la fragmentation de la production, les coûts et l’efficience, l’affichage et la traçabilité des performances environnementales et qualitatives des produits. De plus, la pandémie du Covid-19 a nécessité une meilleure adaptation aux débouchés de marché. Dans ce cadre, comprendre les opportunités que les systèmes de certifications, les nouveaux business modèles, les circuits de distribution et les innovations numériques peuvent fournir aux acteurs, représente un enjeu clé pour la recherche afin de répondre aux défis des petits producteurs dans les filières fruits et légumes. 

 Objectif scientifique de la thèse 

Dans le contexte du projet MED-LINKS (Prima 2021-2024), l’objectif de la thèse est d’évaluer l’avantage concurrentiel de différentes filières de fruits et légumes pour les petits producteurs de la région Occitanie et d’identifier des axes stratégiques de création de valeur pour leurs modèles économiques d’entreprise (Business models), incluant à la fois des aspects économiques, environnementaux et sociaux. Cette thèse pose des questions de recherche sur les opportunités stratégiques des petits producteurs de fruits et légumes pour renforcer la compétitivité et la durabilité de leurs modèles économiques d’entreprise, afin qu’ils puissent identifier des filières adéquates, tout en ayant l’opportunité d’accéder à des débouchés de marché (circuits courts, marché publics verts, export), à des labels (durabilité, qualité) et à des outils numériques qui soient rentables et adaptés à leurs besoins. 

 Approche de travail envisagée 

La recherche appliquée, pluridisciplinaire et transdisciplinaire, sera réalisée dans la région Occitanie. Des analyses comparatives sont envisageables avec les différents cas d’étude du projet MED-LINKS 

(Egypte, Grèce, Italie, Maroc). Les filières des fruits et légumes de la région seront analysées par l’approche des chaînes de valeur. Les limites de la coordination entre acteurs privés et publics seront appréhendées. Les modèles économiques d’entreprise seront étudiés et modélisés en considérant leur durabilité environnementale, sociale et économique. Des enquêtes quantitatives et qualitatives seront effectuées auprès des producteurs et organisations professionnelles de la région. Des scenarios pour les stratégies d’entreprise seront élaborés et testés (TRL 3) de façon participative avec les acteurs concernés (approche transdisciplinaire). Ces scénarios considèreront l’adoption de labels, le développement de filières, et le déploiement d’innovations numériques. 

Formation : 

Master 2 en économie, économie agricole/agroalimentaire, économie du développement, économie de l’innovation, développement rural, gestion. 

Compétences demandées : 

Expérience en recherche, connaissance des méthodes d’enquêtes et d’analyse des données. 

Français : Excellent / Très bon I Anglais : Excellent / Très bon 

Accueil / Pratique 

Le doctorant sera accueilli à l’UMR MOISA, sur le campus de l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (CIHEAM-IAMM). L’école doctorale de rattachement est l’EDEG ‘Ecole Doctorale Economie Gestion Montpellier’ (EDEG 231). 

Coordinateur projet MED-LINKS : Université de Bologne, Prof. Luca Camanzi (économiste) 

Pour toute information sur le projet de thèse et sur le projet MED-LINKS contacter Paolo Prosperi (Principal Investigator), Enseignant-chercheur en économie agroalimentaire, UMR MOISA, CIHEAM-IAMM. prosperi@iamm.fr 

Candidature : adresser CV + Lettre de motivation à prosperi@iamm.fr avant le 31 juillet 2021. 

 

SUJET

Alimentation consciente: adaptation d’outils observationnels et interventionnels aux populations françaises générales et en surpoids

MISSIONS ET ACTIVITÉS

Cette thèse s’inscrira dans le cadre d’un projet ayant pour objectifs de développer des outils permettant d’approfondir nos connaissances de l’alimentation consciente. Plus particulièrement le projet de thèse visera à :

  • –  développer un questionnaire pour évaluer le niveau d’alimentation consciente dans différentes populations françaises (en général et en surpoids)

–  adapter un programme d’alimentation consciente au contexte français et évaluer ce programme dans une étude d’intervention.

Les tâches seront les suivantes :
Etude clinique : 1/Conception d’un protocole scientifique : étude d’intervention d’alimentation consciente, 2/Participation aux phases réglementaires de montage et dépôt de projet de recherche clinique, 3/Inclusions de patients, 4/Recueil de données cliniques, 5/Analyses statistiques
Etude épidémiologique : 1/Développement d’un questionnaire d’alimentation consciente et passation dans la cohorte NutriNet-Santé, 2/Data-management, 3/Analyses statistiques- validation de questionnaire: analyses exploratoires et confirmatoires, cohérence interne, tests d’hypothèses
Etude qualitative: 1/Réalisation de focus groups pré- et post-intervention d’alimentation consciente, 2/Participation à l’analyse des focus groups
Transversal : Rédaction de rapports et publications

PROFIL ATTENDU

Formation
Le.la candidat.e devra être titulaire d’un Master 2 en Nutrition, Epidémiologie, Santé publique.

Compétences et aptitudes souhaitées

  • –  Analyse de données quantitatives avec maîtrise d’un logiciel d’analyses statistiques (R, SAS)
  • –  Production et analyse de données qualitatives (type focus groupe)
  • –  Maîtrise du français et anglais (écrit et oral)
  • –  Qualités relationnelles (conduite d’enquête et travail en équipe)
  • –  Capacités d’initiative et de proposition avec une autonomie dans le travail

ENCADREMENT ET AFFECTATION

La thèse sera co-encadrée par :

Antoine Avignon, PU-PH Institut Desbrest d’Épidémiologie et de Santé Publique
Département Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition, Hôpital Lapeyronie, 371 Avenue du Doyen G Giraud, 34295 Montpellier CEDEX 5.

Sandrine Péneau, MCF, Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN), U1153 Inserm/U1125 Inrae/Cnam/Université Sorbonne Paris Nord UFR SMBH Paris 13, 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny

Angélique Rodhain, MCF, Montpellier Recherche en Management (MRM). IUT de Montpellier – 99, Avenue d’Occitanie, 34296 Montpellier Cedex 5

Le.la doctorant.e aura un positionnement transversal sur le projet avec une implication à la fois au CHU Montpellier, à l’EREN Bobigny et à MRM Montpellier.

L’affectation géographique du poste est située à l’Institut Desbrest d’Épidémiologie et de Santé Publique Département Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition, Hôpital Lapeyronie, 371 Avenue du Doyen G Giraud, 34295 Montpellier CEDEX 5.

Le.la thésard.e devra se déplacer sur le site de l’EREN quelques semaines sur la durée de la thèse. UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny, France

CONTACT

Date de parution du poste : 17/05/2021 Date limite pour candidater : 30/06/2021 Début de la thèse : 01/09/2021

Pour postuler, envoi par email d’un CV avec lettre de motivation à: a-avignon@chu- montpellier.fr; s.peneau@eren.smbh.univ-paris13.fr, angelique.rodhain@umontpellier.fr