La mer et le littoral représentent des territoires avec des enjeux spécifiques liés à leur forte biodiversité, leur anthropisation et leur vulnérabilité au changement climatique. Pour s’assurer d’un développement cohérent et durable malgré l’ampleur des pressions et la vitesse des changements, un tel territoire, quelle que soit sa zone géographique, doit s’appuyer sur des connaissances scientifiques pluridisciplinaires et une dynamique d’innovation performante. La croissance bleue est ainsi une priorité dans de nombreux pays dans le monde qui dépendent de ces territoires, à l’instar de l’Europe qui l’a identifiée comme une des priorités de son programme H2020.

Avec ses 220 kilomètres de côtes, ses 20 stations balnéaires littorales, ses nombreuses lagunes et zones humides, sa flottille de pêche ou encore le port de Sète (1er port de pêche en Méditerranée française), notre littoral représente un réel atout économique pour la Région Occitanie. Cette dernière a en effet défini l’économie Littorale comme une de ses ambitions fortes (politique 3S) ; elle a mis en place une direction de la Mer au sein de son administration, ainsi que le Parlement de la Mer, qui fédère la communauté maritime, la représente et permet la concertation et le travail collaboratif entre les différents acteurs de la mer et du littoral.

La zone Montpelliéraine rassemble de multiples compétences scientifiques, notamment en biodiversité marine et ses usages, environnement du littoral et de la mer, géosciences marines, modélisation, ingénierie marine, sciences humaines et sociales. Cela se concrétise par une visibilité importante sur quelques domaines précis parmi lesquels l’hydrodynamique du littoral et la stabilité des traits de côte, les aires marines protégées, la robotique sous-marine, la géophysique en forages, les scénarios d’évolution des écosystèmes marins, les pêcheries de thons, l’aquaculture, sans oublier une excellence reconnue sur les écosystèmes coralliens et de mangroves, les micro-organismes marins, les biotechnologies bleues, les dorsales océaniques et les zones de subduction, etc.

20 structures de recherche… plus de 400 scientifiques

La communauté scientifique liée à la Mer et au Littoral des départements côtiers de l’Occitanie représente une force de plus de 300 scientifiques permanents tous organismes confondus (dont plus de 300 dans le périmètre de MUSE).

La KIM Sea & Coast s’appuie également sur 2 Labex (Cemeb – Centre Méditerranéen Environnement et Biodiversité et NUMEV – Digital and hardware solutions, Environmental and organic life modeling), 1 Equipex (Géosud) et 8 écoles doctorales.

Un outil au service des scientifiques et des acteurs de la croissance bleue dans notre région, avec deux grandes ambitions :

  • Créer une véritable communauté Sciences et Société autour des enjeux de la Mer et du Littoral
  • Augmenter la visibilité de cette communauté et attirer les meilleurs chercheurs internationaux, notamment des pays du Sud.

L’ambition de la KIM est de valoriser la diversité scientifique du site montpelliérain dans les thématiques liées à la mer et au littoral, en proposant une vitrine commune aux différents acteurs de la recherche et du monde socio-économique, pour créer une véritable communauté Sciences-Société sur ces enjeux et la rendre visible et attractive à l’échelle internationale.  Cette ambition s’appuie sur deux projets immobiliers financés par le CPER 2015-2020 : le projet CELIMER (Centre du Littoral et de la Mer) à Sète et le projet d’Institut des Plages Gladys au Grau du Roi.