L’UMR Innovation analyse et accompagne les processus d’innovation dans les systèmes agricoles et alimentaires, depuis leurs émergences, jusqu’à leurs impacts sur le développement. Elle réunit 90  agents du CIRAD, de l’INRA et de SupAgro qui mobilisent l’agronomie, l’économie, la sociologie ou la géographie dans le cadre de travaux interdisciplinaires.

L’UMR étudie ces innovations dans un contexte de changements globaux, où émergent défis et opportunités face aux crises systémiques agricoles et alimentaires. Les enjeux qui intéressent l’UMR sont liés à la production agricole et la sécurité alimentaire, à l’urbanisation et à ses effets, à l’adaptation des agricultures face aux changements globaux. Les travaux de l’UMR sont réalisés au Nord et au Sud ; Méditerranée, Amérique Latine, Afrique et Asie, et son objectif est de pouvoir éclairer la décision des acteurs publics et privés en produisant des connaissances et en contribuant aux débats scientifiques sur l’innovation.

Pour cela, l’UMR s’est organisée en six collectifs de recherche, dont trois s’intéressent à la vigne et au vin: SIRA, ACTINA et AgriCités. Le collectif SIRA, « Système d’Innovation et de Recherche dans l’Agriculture et l’agroalimentaire », étudie le rôle des réseaux d’acteurs et des institutions de recherche et développement sur l’innovation, avec plusieurs exemples viticoles. Le collectif ACTINA, « Analyse et Co-conception de systèmes Techniques et Innovation Agroécologique », travaille sur les innovations agro-écologiques dans les systèmes de production agricole, pouvant inclure la vigne. Enfin le collectif AgriCités, « Territoires, innovation et gouvernance des relations ville-agriculture », étudie des innovations qui mettent en jeu les relations entre la ville et l’agriculture à différentes échelles, avec plusieurs terrains dans des régions méditerranéennes viticoles.

L’évolution des pratiques phytosanitaires dans les vignobles a par exemple été étudiée en s’interrogeant sur le rôle des réseaux de conseil, de la recherche ou des acteurs amont et aval de la filière, pouvant favoriser ou freiner la transition agroécologique.

La prise en compte de la viticulture et de ses paysages dans les nouvelles gouvernances des territoires périurbains ont aussi été abordées en Italie et en France. Les enjeux d’urbanisation, de concurrence foncière et de préoccupations environnementales font évoluer la filière vin, et posent la question de la pérennité de ses paysages.

L’UMR Innovation fait partie de l’Institut de Convergence en Agriculture numérique, DigitAg. Dans ce cadre, elle étudie les conditions d’adoption et les impacts des technologies de l’information et de la communication sur plusieurs secteurs, dont la viticulture. Là aussi l’orientation de ces technologies pour répondre aux enjeux environnementaux devient central.

Enfin l’UMR s’est fortement engagée dans l’analyse des stratégies et innovations qui visent à répondre aux enjeux du changement climatique. Elle assure ainsi la co-animation du projet LACCAVE, qui  précise les impacts du changement climatique sur la vigne te le vin, mais surtout explore les solutions d’adaptation. Ces solutions combinent des innovation variétales, agronomiques, œnologiques, avec de nouvelles stratégies spatiales et des changement institutionnels, par exemple sur les cahiers des charges des appellations. L’enjeu aujourd’hui est surtout d’accompagner les stratégies d’adaptation à différentes échelles, du vignoble local jusqu’à la politique nationale ou internationale, en proposant de nouvelles méthodes participatives qui associent prospective, expertises, animation et partage d’expériences et de connaissances.

MRM, Montpellier Recherche en Management, s’articule autour de deux axes : Innovation et Management Responsable. L’axe Innovation a pour vocation d’étudier les stratégies et les processus d’innovation dans les domaines de la technologie, de l’organisation, du management ou du social. Sont étudiés notamment les comportements d’acteurs, les outils de gestion, la dimension financière, le pilotage de l’innovation. L’axe Management Responsable s’intéresse au développement durable, à la responsabilité sociale des organisations, à la gouvernance, au management des organisations publiques ou non gouvernementales et coopératives. L’ancrage territorial de MRM est fort et couvre le Languedoc-Roussillon.

MRM est une équipe d’accueil créée en 2000, qui regroupe l’ensemble des forces montpelliéraines dans le domaine de la recherche en sciences de gestion. Ses organismes de tutelle sont l’Université de Montpellier, l’Université Paul-Valéry, Montpellier Business School et l’Université de Perpignan via domitia. MRM regroupe 140 chercheurs et 90 doctorants.

MRM coordonne le LabEx Entreprendre, dédié à la connaissance sur l’acte d’entreprendre au croisement des sciences juridiques, économiques et de gestion.

Le laboratoire travaille sur plusieurs champs, et réalise des travaux en agroalimentaire sur la thématique vin. Ces recherches sont menées par des chercheurs aux disciplines des sciences de gestion variées (finance, comptabilité, marketing notamment) et au sein de l’axe agroalimentaire du laboratoire. Voici quelques travaux publiés en 2017 (selon le rapport annuel) :

Celhay  F.,  Masson  J.,  Garcia  K.,  Folcher  P.,  Cohen  J.  (2017)  Design  graphique  du  packaging  et innovation : Une étude comparative des codes visuels des vins de Bordeaux et de la Barossa Valley, Recherche et Applications Marketing, vol. 32, n°2, pp. 48-75.

Gurau C.,Duquesnois F. & Catanzaro A. (2017) Entrepreneurial orientation, strategic planning and small firm performance in turbulent environments: An investigation of the Languedoc-Roussillon wine sector. International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 32(1/2): 139-159.

Masson J. and P. Aurier(2017), Modifying wine alcohol content: sensory and non-sensory impacts on quantities consumed, International Journal of Entrepreneurship and Small Business. (Classe C AERES, classe 4 CNRS).

Masson J., Sanchez Sanchez C.R. & Celhay F.(2017) Is mianzi the only face of Chinese imported-wine consumers? A typology of Chinese imported-wine consumers. International Journal of Market Research, 59(5): 625-654

Maurel C, Cheriet F, (2017) Etre petit et réussir à l’export : étude de dix cas d’entreprises vitivinicoles françaises, 7ème Conférence Annuelle d’Atlas AFMI, Antananarivo, Madagascar, 2-4 mai.

Maurel C, Alonso Ugaglia A, Del’homme B. (2017) Evolution of the concept ofperformance in the wine industry: a literature review, International Journal of Entrepreneurship and Small Business, vol. 32, n°1/2, pp. 254-279.

Meyer M., Narjoud S. & Granata J.(2017) When collective action drives corporate social responsibility implementation in small and medium-sized enterprises: The case of a network of French winemaking cooperatives. International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 32(1/2): 7-27.

MRM travaille depuis longtemps sur le vin, et les chercheurs intéressés par la thématique font partie, outre de l’axe transversal agroalimentaire, d’un Groupe Vin regroupant des chercheurs de plusieurs laboratoires et de privés, ce qui en fait un groupe actif.

L’UMR MOISA, Marchés, Organisations, Institutions et Stratégies d’Acteurs, est une Unité Mixte de Recherche travaillant dans le domaine des sciences sociales, appliqué aux systèmes agricoles agro-alimentaires et ruraux, en zones méditerranéennes et tropicales. Plus particulièrement, MOISA s’intéresse aux problématiques de stratégies d’acteurs, à leurs mode d’organisation et au fonctionnement des institutions, liés à la mise en œuvre du projet de développement durable.

Trois équipes de recherche ont été constituées au sein de l’UMR. L’équipe Regaal, Recherches sur les gouvernances consommateurs, entreprises, et filières agro-alimentaires et rurales, s’intéresse à la gouvernance des entreprises et des filières, et aux comportements des consommateurs. L’équipe Copaad, Coordination et politiques pour l’agriculture et l’alimentation durables, s’intéresse quant à elle à l’élaboration et impacts des normes, politiques, et dispositifs de coordination dans les filières. Ces deux équipes travaillent ponctuellement sur la thématique vin ou viticulture.

Les chercheurs ont porté le projet Précovision, pour améliorer la préconisation dans le cadre de la diminution forte des intrants en viticulture. Une thèse a été menée jusqu’en 2018 par Leila Khefifi sur les stratégies des acteurs publics et privés dans la diffusion d’une innovation technologique : cas des cépages résistants en viticulture. Actuellement, une thèse sur l’impact des droits et autorisations de plantations sur le foncier viticole est en cours.

Les enseignants-chercheurs de MOISA participent activement à la formation d’étudiants de troisième cycle, et plus particulièrement au Master 2 Economie de l’environnement, de l’énergie et des transports. Ils enseignent auprès d’étudiants de SupAgro, de l’Université de Montpellier, mais aussi de l’Université de Toulouse et d’Agrocampus Ouest à Rennes.

L’UMR MOISA regroupe des personnels du CIRAD, de l’INRA, de Montpellier SupAgro et du Ciheam-IAMM. Elle a été créée en 2001, et rassemble 65 permanents et une trentaine de doctorants.