Notre ambition, attirer des scientifiques de haut niveau et faciliter l’intégration de jeunes scientifiques à fort potentiel

Pour renforcer l’excellence du positionnement scientifique à l’international et l’attractivité du site de Montpellier, l’I-SITE « Montpellier Université d’Excellence » met en place un programme d’attractivité.  Il permet d’accueillir des chercheurs internationaux avec le soutien de dispositifs régionaux, nationaux et internationaux (ATIP-AVENIR, MOPGA, UNESCO) ou de scientifiques invités au sein de l’Institut d’études avancées MAK’IT.

Ce programme bénéficie du soutien de la Région Occitanie et de l’État pour les lauréats MoPGA. Consultez la démarche complète en bas de page.

Chaires MUSE

Chercheuse en neuropsychologie et psychiatrie à Harvard University jusqu’en 2020, Johanna Calderon, a pris en janvier 2021 la tête d’une chaire d’attractivité MUSE à l’Université de Montpellier en neuro-développement des pathologies cardiaques congénitales au sein de l’unité de recherche PhyMedExp (UM,Inserm, CNRS, CHU Montpellier).
En savoir +

En provenance de l’Ecole Polytechnique, la chercheuse Inria Julie Josse, spécialiste de l’inférence causale devrait rejoindre prochainement l’Institut Desbrest d’Épidémiologie et de Santé Publique (IDESP) qui figure parmi les nouvelles structures de recherche de l’UM dans le cadre du contrat  2021-2026.

Recruté par TRANSVIHMI et CERFIG dès 2018 et en poste à l’UM depuis 2020, titulaire d’un diplôme en médecine de l’Université de Conakry (Guinée) et docteur en infectiologie (AMU), Alpha Kabinet Keita est à la tête d’un programme de recherche sur le virus Ebola et il est l’un des 54 « ambassadeurs » du Next Einstein Forum, plate-forme qui relie science, société et politique en Afrique et dans le reste du monde – pour le développement humain.
En savoir +

Spécialiste des microorganismes du vin, la biologiste Fabienne Remize, en poste jusqu’en décembre 2020 à l’Université de la Réunion, intègre en janvier 2021 l’Université de Montpellier pour prendre la direction d’une grande unité, l’UMR Sciences pour l’œnologie (SPO : Université de Montpellier, Inrae, Institut Agro – Montpellier SupAgro) dans le cadre du programme d’attractivité de l’I-SITE MUSE.
En savoir +

Arrivé de l’Université du Delaware (USA),Randall J. Wisser, généticien quantitatif de renommée internationale,  a pris ses fonctions en janvier 2021 de directeur de recherche de l’INRAE au sein du Laboratoire d’Ecophysiologie des Plantes sous Stress Environnementaux à Montpellier pour œuvrer à de nouveaux partenariats et travailler à l’interface de la génétique quantitative et de l’écophysiologie des céréales.  Cette arrivée fait suite à une mobilité EXPLORE, le programme de mobilité internationale de MUSE.
En savoir +

Attractivité de chercheurs ATIP-AVENIR

Après un post-doc à l’Université de Cambridge (GB) et deux ans en tant que chargée de recherche à l’Institut Curie de Paris, Maud Borensztein intégre l’IGMM (UM, CNRS) en décembre 2020. Soutenue par MUSE et des fonds FRM et ATIP-AVENIR, elle démarre son équipe et finance des travaux qui visent à mieux comprendre le mécanisme épigénétique de la réactivation du chromosome X dans les cellules germinales femelles (ovocyte).

Jakub GRUSZCZYK, lauréat ATIP-AVENIR rejoint en décembre 2020 l’UMR CBS (UM, CNRS, Inserm) pour occuper une chaire junior autour des questions liées à la santé environnementale.  Son projet de recherche porte sur la caractérisation structurale et le fonctionnement de la voie de signalisation impliquée dans la détoxification de polluants chimiques chez l’homme. Plus d’information prochainement.

Karim MAJZOUB, actuellement chercheur du programme Marie Skłodowska-Curie (Inserm),  est lauréat ATIP-AVENIR 2020. Il intégrera  l’IGMM (UM, CNRS) en juillet 2021 pour constituer et animer une équipe  qui orientera ses travaux  sur des recherches originales ciblant les interactions entre génome viral (ADN pour HBV, ARN pour HDV) et protéines cellulaires nécessaires à la réplication et à la persistance de ces virus dans l’hépatocyte.

Attractivité de chercheurs MOPGA en partenariat avec l’État et la Région Occitanie

Arrivée de l’Université du Wisconsin (USA) en été 2019, Carol Lee développe son projet Rapid Evolutionary Responses to Global Transformations in Salinity and Temperature au sein de l’UMR MARBEC (CNRS, Ifremer, IRD, UM) en collaboration avec le CEFE  (CNRS, EPHE, INRA, IRD, SupAgro, UM, UM3) dans le cadre du programme MOPGA

Après un Post-doc à l’Université de Californie (USA), Delphine Renard développe, depuis janvier 2018, au sein  du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE, CNRS/UM) un éclairage nouveau sur les apports  de l’agrobiodiversité dans la  réduction de l’impact de la production agricole sur l’instabilité et les chocs climatiques avec le projet ASSET AgrobiodiverSity for a food-Secure PlanET conduit dans le cadre du Programme Make our Planet Great Again. Elle est désormais chercheuse titulaire au CNRS.
En savoir +

De retour de l’IRCISAT en Inde, Vincent Vadez développe le projet de recherche ICARUS au sein de l’UMR DIADE (IRD / UM) afin de trouver des réponses au problème dual de la sécheresse et du changement climatique sur les plantes, notamment céréalières, afin de comprendre comment elles peuvent être amenées à mieux réguler les pertes en eau. Ce projet entre dans le cadre du programme Make our Planet Great Again.
En savoir +

Chaire UNESCO en partenariat avec la Région Occitanie

Philosophe et anthropo-sociologue français, le penseur moderne de la Complexité, Edgar Morin, a publié pas moins de 40 ouvrages dans sa carrière, traduits dans le monde entier. Directeur de recherche émérite du CNRS et Docteur Honoris Causa de plusieurs universités internationales, Edgar Morin est, avec sa Chaire UNESCO sur la Complexité depuis décembre 2018 à l’Université de Montpellier pour réfléchir aux enjeux sociétaux portés par l’I-SITE MUSE.
En savoir +

Programme d’Attractivité de l’Institut de Connaissances Avancées

Montpellier Advanced Knowledge Institute on Transitions (MAK’IT)*, l’Instituts d’Etudes Avancées (IEA) de MUSE,  accueille de nombreux chercheurs de haut niveau dans le cadre de ses différents programmes (Cohorte, scientifiques invités,…). En savoir +

*En s’appuyant sur des approches interdisciplinaires innovantes, il a pour mission de stimuler la contribution des communautés scientifiques à l’accélération des transitions nécessaires à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation, de l’environnement et de la santé.